Meet Jennifer Armstrong, Principal of Primary, La Châtaigneraie

Posted by

By Rachael Bristol-Reid

Traduction Virginie Sermet (le français est après le version anglais)

Unknown

Hello Jennifer, Did you always want to work in Education?

Surprisingly not! I grew up in Northern Ontario, Canada, the eldest of 3 kids. Our hometown was the Government centre for the northern region of Ontario and my father worked at the Ministry of Education – devising curricula that supported First Nations communities along the shores of Hudson Bay. Therefore, I was exposed to the benefits and challenges of a multi-lingual society (Franco-Ontarian, English and First Nations languages, predominantly Cree and Ojibwa) from an early age. Mum was also a trained primary teacher.

Like many kids I learned to play instruments, piano from age 3 and cello from 10 – but I was clear about two things I never wanted to work in music or education!!!

So how did you get into teaching?

French is taught in Ontario for all students from Kindergarten but at the age of 16 I remember feeling hugely frustrated that my French still wasn’t great. I wanted to learn more and somehow persuaded my parents, with the help of my French teacher, to send me to France for the summer. For three months I worked as a nanny to two young French children and by the time I returned to Canada my French had improved immeasurably – two years later I began my undergraduate degree at the University of Toronto, studying French Language, Literature and Canadian Studies. I also loved being both a ski and kayaking instructor during my time at university and I finally accepted that teaching really was in my blood. After graduating I made the decision to study for a further degree in Education.

Bi-lingual teaching is a passion of yours, how did that come about?

After graduating I quickly found myself taking on tough and challenging roles, teaching in French immersion programmes that taught me loads very quickly. I suppose given my background I already had an interest in language acquisition and after a decade as a teacher, I decided to pursue a Masters Degree in Curriculum and Applied Psychology, studying French immersion teaching and its application to those with specific learning difficulties e.g. ADHD, Dyspraxia & Dyslexia. I have never regretted that decision as it brought lots of learning to my experiences with such children in my classes.

Meanwhile, in my personal life, my husband accepted a job in Toronto and we moved there with our young son. I began a new chapter working in independent schools as a French teacher in a boy’s school. I subsequently took on the role of academic director (curriculum design, supervising teachers etc.) that gave me my first insights into ‘life beyond the classroom’.

From here I moved to an all-girls school – first as Vice-Principal and then Principal. This is where I first discovered the innovative work underway in the schools and preschools of REGGIO EMILIA (http://www.reggiochildren.it). This approach was the original inspiration for the Primary Years Programme (PYP). The key idea is that children already arrive at school as strongly competent learners, researchers and investigators. Each child is endowed with ‘a hundred languages’ through which they can express, construct and interpret their own ideas about the world around them (e.g. painting, sculpting, drama). The teacher is considered a co-learner and collaborator with the child not just an instructor – teachers are encouraged to facilitate the child’s interests, accompany them on their enquiry journey by helping them to ask their own questions and undertake research projects to find answers, construct their own knowledge and communicate it to others. Interestingly, this approach positions the Environment as the 3rd teacher (i.e. child, teacher, environment) – something that would become very important to me in my later years at La Chat.

During this time I was given the amazing opportunity to head the project to bring ‘The Hundred Languages of Children’ exhibit to Toronto. It was a phenomenally intense but satisfying learning experience, as I had to navigate the politics of the differing agendas of the schools, universities and school boards involved. We succeeded in creating something truly collaborative and the Ontario Reggio Association (ORA) was born. I was honoured to be their first Vice President in 2006-2009. http://www.ontarioreggioassociation.ca

So what brought you to La Chat?

In 2008, our whole family spent a wonderfully long summer holiday in the South of France. We enjoyed the life so much that it was hard to leave and we joked about making the move to Europe. Some months later, I saw the advertisement for the role of Primary Principal at La Chat. My family encouraged me to apply and as they say the rest is history.

At that time La Chat’s primary section had just 320 kids studying the PYP programme but a lot was about to change… I arrived in Switzerland in August 2009 as planning for the new primary school building was in full swing. It was great to come on board early enough in the project to be able to influence the thinking. Using the principals of the Reggio Approach (encouraging transparency, reciprocity and a focus on relationships) we were able to shape the environmental design of the building, such as the spacious classrooms, large communal areas and extended use of glass to create a sense of openness and transparency. In addition to constructing a new building we were also reorganising two parallel English & French PYP programmes into a dual-language PYP programme. It was an invigorating challenge, 18 months of construction, over 50 consultative meetings: discussions with parents, staff and children to shape our future educational platform whilst carrying on with the ‘day job’ of running a school.

It certainly was a busy time – and in September 2011 we were delighted to open our fantastic new Primary building. Now we welcome around 620 students to our bi-lingual, PYP school.

What makes ‘La Chat Primary’ special?

What is most obvious is that we find ourselves in a different setting to our two sister Ecolint schools (LGB and Nations). We look out on the lake and across to Mont Blanc, we have cows grazing in the fields along the school boundaries – although an International School we are also a rural school in which the Environment really does act as our third teacher. It makes sense that we are offering something a little bit different and the children particularly love participating in our Forest School – which involves taking the kids out of the classroom and into the surrounding nature.

We’re a large school but I think the other thing that sets us apart is that there really is a great sense of community. I hope that parents and their children, feel welcomed into the school from the first moment they arrive on campus. We are extremely lucky to have such an active PTA – who host such a wide range of activities across the school year involving La Chat families, both those who are new to the area and those more established.

How do you spend your day/week?

Inevitably I spend a substantial amount of time communicating, speaking with teachers and parents. Supporting kids, their families and the teachers working with those who have difficulties in learning is something I particularly enjoy.

Running a bi-lingual programme is rewarding but brings another level of complexity and as such I spend a lot of time with our school & year leads and with our programme coordinators, ensuring that our infrastructure is really solid and fit for purpose.

Of course, I wish I had more time with our students. I like to join them as much as I can for lunch, recess and activities inside and outside the classroom. However, I’m sure the kids would say that they don’t see me so much, which makes the visibility of our Year Leaders critically important.

What would you like your legacy to be?

A school should continually evolve. For me the success of a school is not about the efforts or leadership of one person but about ensuring that the infrastructure is secure, that it is self-sustaining and supports the qualities of all the individuals involved.

I absolutely believe that the child should be at the centre of our model – that this isn’t just a vision but something that remains our focus every day. My aim is to support the development of teachers that really do accompany the kids on their own journey – not teachers that simply tell them what to do. This is a very sophisticated approach that requires a great deal of thought, support and training – where teaching staff are encouraged to conduct research on a daily basis – where the research project is the child.

And when you’re not at work what do you like to do?

Music is still a huge passion of mine and I still love to play the piano & cello. Outdoor activities like skiing and kayaking still fill me with joy. My husband is mad about road biking and we rack up a lot of kilometres on the bike – though most of them involve my desperately trying to keep up!

 

Version français

Voulez-vous savoir ce qui a incité la principale du Primaire de la Chat, Jennifer Armstrong, à poursuivre une carrière dans l’éducation, ce qui selon elle rend la Chat particulière et comment elle passe sa journée ? Alors continuez de lire.

Rencontrez Jennifer Armstrong, la Principal du Primaire, La Chataigneraie

Bonjour Jennifer, Avez-vous toujours voulu travailler dans l’Education ?

Etonnamment, non ! J’ai grandi dans le Nord de l’Ontario au Canada, l’ainée d’une famille de 3 enfants. Notre ville natale était le Centre Gouvernemental de la région Nord de l’Ontario et mon père travaillait au Ministère de l’Education – concevant les programmes d’études qui assistaient les communautés des Premières Nations le long du rivage de la Baie Hudson. Dès lors, j’ai été sensibilisée aux bénéfices et aux défis d’une société multilingue (Franco-Ontarien, Anglais et langues des Premières Nations, principalement Cree et Ojibwa) dès mon plus jeune âge. Maman était aussi qualifiée enseignante du primaire.

Comme beaucoup d’enfants, j’ai appris à jouer des instruments, du piano à partir de 3 ans et du violoncelle à partir de 10 ans – mais j’étais claire sur deux choses, je ne voulais jamais travailler dans la musique ou l’éducation !!!

Donc comment êtes vous entrée dans l’enseignement ?

Le Français est enseigné dans l’Ontario à tous les enfants à partir du jardin d’enfants, mais à l’âge de 16 ans, je me souviens m’être sentie énormément frustrée parce que mon Français n’était toujours pas excellent. Je voulais apprendre plus et réussis à convaincre mes parents avec l’aide de mon professeur de Français de m’envoyer en France pour l’été. Pendant trois mois j’ai travaillé en tant que nourrice pour deux jeunes enfants français et au moment de retourner au Canada, mon Français avait considérablement progressé – deux ans plus tard, j’ai commencé mon diplôme de premier degré à l’Université de Toronto, étudiant la Langue Française, la Littérature et les Etudes Canadiennes. J’aimais aussi être enseignante de ski et de kayak durant mon temps libre à l’université et j’ai finalement accepté le fait que j’avais l’enseignement dans le sang. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai décidé de suivre en supplément, un diplôme d’Education.

L’enseignement bilingue est une de vos passions, comment celle-ci vous est-elle venue ?

Après avoir obtenu mon diplôme, je me suis rapidement retrouvée à accepter des rôles difficiles et stimulants, enseignant dans des programmes d’immersion Français qui m’ont très rapidement appris beaucoup. Je suppose qu’étant donné mon parcours j’avais déjà un intérêt dans l’acquisition du langage et après une décennie en tant qu’enseignante, j’ai décidé de suivre une Maitrise en Programme d’Etude et Psychologie Appliquée, étudiant l’enseignement en immersion Française et ses applications à ceux qui ont des difficultés d’apprentissage précis comme les Troubles du Déficit de l’Attention (ADHD), la Dyspraxie et la Dyslexie. Je n’ai jamais regretté cette décision dans la mesure où mes expériences avec ces enfants dans mes classes m’ont apportée de nombreux savoirs.

Entre-temps, dans ma vie personnelle, mon mari a accepté un poste à Toronto et nous avons emménagé là avec notre jeune fils. J’ai ouvert un nouveau chapitre en travaillant dans une école indépendante de garçons en tant qu’enseignante de Français. J’ai ultérieurement accepté le rôle de directeur académique (ébauche du programme d’études, encadrement des enseignants etc.) ce qui m’a donné mes premiers aperçus ‘de la vie au delà de la classe’.

De là, je suis passée à une école de filles – d’abord en tant que Vice-Principale puis Principale. C’est là que j’ai découvert pour la première fois le travail innovant en cours dans les écoles et garderie de REGGIO EMILIA (http//www.reggiochildren.it). Cette approche était l’inspiration originale du Programme des Années du Primaire (PYP). L’idée clé est que les enfants arrivent déjà à l’école en apprenants, chercheurs et enquêteurs fortement compétents. Chaque enfant est doté ‘d’une centaine de langages’ au travers desquels il peut exprimer, construire et interpréter ses propres idées du monde qui l’entoure (e.g. peinture, sculpture, théâtre). L’enseignant est considéré comme un co-apprenant et un collaborateur de l’enfant et non pas juste comme un éducateur – les enseignants sont encouragés à faciliter les intérêts de l’enfant, à les accompagner dans leur cheminement d’enquête en les aidant à poser leurs propres questions et à entreprendre des plans de recherche pour trouver des réponses, à construire leur propre savoir et à le communiquer aux autres. De façon intéressante, cette approche place l’Environnement comme le troisième enseignant (i.e. enfant, enseignant, environnement) – un élément qui deviendra très important pour moi quelques années plus tard à La Chat.

Durant cette période, j’ai eu l’extraordinaire opportunité d’être à la tête du projet visant à amener l’exposition ‘Les Cent Langage des Enfants’ à Toronto. Ce fut une expérience particulièrement intense mais aussi substantiellement enrichissante, car j’ai eu à diriger les ordres du jour des écoles, universités et conseils d’établissements impliqués. Nous avons réussi à créer un événement vraiment fédérateur et l’Association Reggio de l’Ontario (ORA) est née. J’ai été honorée d’en être la première Vice-Présidente de 2006 à 2009. http://www.ontarioreggioassociation.ca

Ainsi qu’est-ce qui vous a amené à La Chat ?

En 2008, toute notre famille a passé un merveilleux et long été dans le Sud de la France. Nous avons tant aimé la vie ici qu’il a été dur de partir et nous plaisantions sur le fait d’emménager en Europe. Quelques mois plus tard, j’ai vu une annonce pour le poste de Principal du Primaire à La Chat. Ma famille m’a encouragée à postuler et comme on dit, la suite appartient à l’histoire.

A cette époque la section primaire de La Chat n’avait que 320 enfants étudiant le programme PYP mais beaucoup de choses allaient changer… Je suis arrivée en Suisse en Août 2009 alors que la planification du nouveau bâtiment du primaire était en plein élan. Ce fut formidable d’arriver à bord suffisamment tôt pour pouvoir influencer le projet. En utilisant les principes de la Pédagogie Reggio (encourageant la transparence, la réciprocité et un focus sur les relations) nous avons pu créer la forme du design environnemental du bâtiment, comme les salles de classe spacieuses, les larges zones communes et l’utilisation importante du verre pour créer une impression d’ouverture et de transparence. En plus de la construction du nouveau bâtiment, nous avons aussi réorganisé les deux programmes parallèles PYP Anglais et Français en un programme PYP double langue. Ce fut un défi vivifiant, 18 mois de construction, plus de 50 réunions consultatives : des discussions avec les parents, le personnel et les enfants pour créer notre future plate-forme éducative tout en poursuivant le travail journalier de gestion d’une école.

Ce fut assurément une période chargée – et en Septembre 2011 nous étions ravis d’ouvrir notre formidable nouveau bâtiment du Primaire. Maintenant nous accueillons environ 620 étudiants dans notre école bilingue PYP.

Qu’est ce qui rend le Primaire de La Chat particulière ?

Ce qui est le plus évident, c’est que nous nous situons dans un cadre différent de nos deux écoles soeurs Ecolint (LGB et Nations). Nous avons vu sur le lac et le Mont Blanc, nous avons des vaches pâturant dans les champs le long des limites de l’école – bien qu’étant une Ecole Internationale nous sommes aussi une école rurale dans laquelle l’Environnement agit réellement comme notre troisième enseignant. Il est logique que nous offrions quelque chose d’un peu différent et les enfants aiment particulièrement participer à notre Ecole Forestière – ce qui implique sortir les enfants de la salle de classe pour aller dans la nature environnante.

Nous sommes une grosse école mais je crois que l’autre point qui nous distingue, c’est qu’il existe véritablement un grand sentiment de communauté. J’espère que les parents et leurs enfants se sentent bienvenus dans l’école dès leurs premiers instants sur le campus. Nous sommes extrêmement chanceux d’avoir un tel PTA actif – qui organise une grande gamme d’activités tout au long de l’année scolaire impliquant les familles de La Chat, à la fois celles qui sont nouvelles dans la région et celles qui sont plus établies.

Comment passez vous vos journée/semaine ?

Inévitablement je passe une partie substantielle de mon temps à communiquer et parler avec les enseignants et les parents. Soutenir les enfants, leurs familles et les enseignants en travaillant avec ceux qui ont des difficultés d’apprentissage est quelque chose que j’aime particulièrement.

Gérer un programme bilingue est gratifiant mais amène un autre niveau de complexité et ainsi je passe beaucoup de temps avec les dirigeants de notre école, les responsables d’années et avec les coordinateurs des programmes, m’assurant que notre infrastructure est réellement solide et adaptée à notre objectif.

Bien sûr, je souhaiterais avoir plus de temps avec nos étudiants. J’aime me joindre à eux autant que je peux pour le déjeuner, la récréation et les activités à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle de classe. Néanmoins, je suis sûre que les enfants diraient qu’ils ne me voient pas tant que ça, ce qui rend la visibilité de nos Responsables d’Années très importante.

Quel héritage souhaiteriez vous laisser ?

Une école doit évoluer constamment. Pour moi le succès d’une école ne tient pas aux efforts ou à la direction d’une seule personne mais plutôt à veiller que l’infrastructure est solide, subvient à ses propres besoins et soutient les qualités de tous les individus impliqués.

Je crois vraiment que l’enfant doit être le centre de notre modèle – que ce ne doit pas être juste une vision mais quelque chose qui demeure notre objectif chaque jour. Mon but est de soutenir le développement des enseignants qui accompagnent réellement les enfants dans leur propre cheminement – et non pas des enseignants qui leur disent simplement ce qu’ils doivent faire. C’est une approche très complexe qui requiert une grande quantité de réflexion, soutient et formation – où le personnel enseignant est encouragé à mener des recherches tous les jours – dans lesquelles le projet de recherche est l’enfant.

Et quand vous n’êtes pas au travail qu’aimez vous faire ?

La musique est toujours une grande passion pour moi et j’aime toujours jouer du piano et du violoncelle. Les activités extérieures comme le ski ou le Kayak me remplissent toujours de joie. Mon mari est fou de vélo de route et nous faisons beaucoup de kilomètres à vélo – bien que sur la plupart d’entre eux, je tente désespérément de tenir le rythme !

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s